• Ce territoire numérique est un métalivre 🦄
  • L'adversité forge l'écoute

Amorce

Tout commence par un petit livre

Feuilletons-le !

Éric Humbertclaude, Gwenaëlle Clémino, Composer après 2020 : Amorce. EME éditions, CREArTe, 2020, 56 p. (ISBN 978-2-8066-3728-4)

«En partant de l’année témoin 2020, marquée par la pandémie du coronavirus, les auteurs inscrivent leur amorce de réflexion dans l’actualité d’un univers bouleversé, en pleine mutation. Ils exposent la nécessité d’une prise de conscience pour faire face au péril qui menace aujourd’hui la musique contemporaine classique, les compositeurs et les interprètes, remettant gravement en question leur place dans la société. Une des originalités de Composer après 2020 : Amorce réside dans une approche transdisciplinaire de la création musicale, embrassant de larges concepts socio-philosophiques (Bernard Stiegler), éthiques, scientifiques, technologiques, écologiques, idéologiques. L’on passe ainsi du numérisme au multiculturalisme, de l’archéoacoustique à l’intentionnalité du végétal (recherches de Joël Sternheimer sur les protéodies) et à la biomusicologie. Le compositeur Florent Caron Darras et, avant lui, Fausto Romitelli ou Pierre Souvtchinski, notamment, sont emblématiques de cette recherche d’inspiration et de perception toujours renouvelées, en constante évolution.»

Nathalie Cousin http://leblogderica.canalblog.com/archives/2021/01/27/38782359.html

Dans ce moment où le phénomène musical se trouve lui aussi tant désorienté ─ la réalité, qu’est-ce, aujourd’hui ? ─, nous allons poursuivre le programme de recherche «Composer après 2020» initié dans Amorce. Les livres qui suivront Amorce questionneront sans relâche, grâce à la pensée de Pierre Souvtchinski (1892-1985), le souci de créer mis en balance avec l’exigence d’une vie musicale intérieure, afin d’éclairer ce que s’orienter veut dire dans l’écho atemporel de la création.

En même temps, à haute voix, brainstormons

Le magma précède la nature. Dans son gigantesque chaudron, il conditionne de manière non déterminée tout ce qui est commun aux différentes formes de vie, sans en définir une plutôt qu’une autre.

Partons de cette métaphore du magma où les formes ne sont pas encore élaborées, où la matière demeure indistincte, pour explorer la question de la création musicale.

Le magma, c’est la création mise en ébullition par les mouvements vibratoires de l’inspiration : le chaudron du Vivant, dont la matière en constante transformation fait son chemin jusqu’à l’émonctoire le plus proche : le créateur (et, de manière générale, toute manifestation du Vivant, si tant est que l’on accepte de désanthropiser notre vision du monde). Dans ce surgissement d’une énergie autre qui lui échappe, l’innovation demeure un épiphénomène. En amont du magma : la graine du noyau terrestre, réservoir compact de la création, dont la densité solide influe sur les mouvements de l’inspiration, énergie créatrice primordiale.

Il y a donc deux états de la création :

  • un noyau qui, bien que traversé par l’inspiration, reste intègre (dans Amorce, c’est l’inentendu : état d’être entendu toujours en tension, ne pouvant jamais être entendu dans le temps des horloges)
  • un bouillonnement créatif provoqué par les mouvements vibratoires de l’inspiration

La création recèle sa vie propre et obéit à ses propres lois. Expérimenter une conscience inter-vivant relève donc d’une démarche périlleuse.

Simultanément à l’écriture des livres qui vont suivre Amorce, à haute voix, cogitons.

Ce territoire numérique est un métalivre ouvert à la communauté des gens curieux : par leur écriture, «jetelivre.art» sera soumis à l’inflexion de leur pensée. Ressources, idées, pistes : inspirons-nous mutuellement et interrogeons les interactions entre les différentes formes de vie relativement à la création. En effet, une chose à laquelle une conversation imprime un mouvement, et dont la réaction en permet le décryptage, ─ cette chose-là est-elle vraiment inerte ? Participerait-elle d’une harmonie globale ? Et si l’ampoule n’existait pas, et que les sons de la conversation tapaient contre les murs, le monde serait-il autre ?

Composer après 2020 (livres) & jetelivre.art (métalivre) : voilà exposé notre univers de travail.

«Une hypothèse qui rend compte de toutes les données se doit d’être explorée.» (Avi Loeb, Le premier signe d’une vie intelligente extraterrestre. Seuil, 2021, p. 97)

Les fondateurs

Éric Humbertclaude, après avoir beaucoup écrit sur la question tumultueuse de la création musicale, repart à zéro pour composer, sa raison d’être.

du projet

Artiste lyrique, Gwenaëlle Clémino a coécrit Composer après 2020 : Amorce, fruit d’un travail à quatre mains. Elle coécrit également ce métalivre.